Scène 2 : Musique, Maelström !

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Scène 2 : Musique, Maelström !

Message  Faust le 2014-03-31, 11:37 pm

Scène 2 : Musique, Maelström !
Attention, avis de tempête de merde !


Samedi 19 Janvier 2030, Bâtiment du Central Los Angeles Police Department, service du S.A.D- 2:20PM (T° : 22°C, Sunny)

Tu sors du bureau de McKinley avec un sourire satisfait. Outre le fait que la rencontre s'est finalement bien passée, comme prévu Maureen (son petit nom) est visiblement une candidate volontaire au plongeon dans un pieu (ou ailleurs) avec toi, ce qui te facilite grandement les choses et te vaut même son numéro de téléphone perso "au cas où tu veuilles parler...De n'importe quoi".

Tu retournes donc au 35ème. Ambiance toujours suspicieuse, sauf qu'en plus maintenant le service a l'air de subir la colère rentrée de son Capitaine qui donne des ordres en aboyant et demande de la rentabilité à tous les niveaux, comme pour te montrer qui domine la meute.

Le fichier du PARD t'apprend quelques petites choses intéressantes, mais rien de non plus bouleversant, si ce n'est qu'effectivement ton affaire présente des similitudes assez troublantes. Mais dur d'en savoir plus sans aller voir Hawkins, le Docteur Shilton, la Dr.Jones du rapport ou rendre visite à "The Beast" lui-même.

Ton nem préféré s'est montré beaucoup moins avenant depuis qu'il est sorti du bureau de Maureen. Il faut dire que lui est visé par une enquête interne en Commission du SAD pour "usage abusif du fusil à pompe de service, ayant entraîné un grave accident de la route" (et accessoirement de un à plusieurs dizaines de milliers de dollars à la ville, selon les rumeurs). Et il n'a visiblement pas bénéficié de ton traitement de faveur, ce qui ajouté à ses antécédents explique peut-être le coup de blues et les sourires jaunes de ton coéquipier. Malgré tout il t'annonce :
- J'ai vu les gars en uniformes en bas. Un des officiers dit qu'un Junkie aurait vu une camionnette rentrer dans la casse hier soir. Il a prit sa déposition, si tu veux qu'on aille vérifier cette piste...Ah et tu feras gaffe, c'est plein de journalistes en bas.

Puis il enchaîne sur le ton de la confidence, un peu dépité :
- Pas commode la McKinley, hein ? Elle t'a dit des trucs sur moi ?...J'vais encore prendre un blâme, c'est ça ?...

Malgré que tu n'aies pas de réponse à ses questions, ton asiatique de partenaire continue malgré tout à essayer de tirer des vers fantômes de ton nez, ce qui met ton mal de tête à rude épreuve.

Tu te concentres donc une minute sur ton ordinateur, le temps de recevoir les rapports préliminaires du CSI et celui, audio d'autopsie commenté par le Docteur Simus. Celui-ci a pour l'instant réussi à esquiver -de façon assez ingénieuse- le fétus disparu. Mais tu sais qu'il sera bientôt obligé de donner le reste de ses conclusions, au risque de -au mieux- passer pour un vieux gâteux incompétent.

Suivant le programme que tu t'es fixé, tu te diriges ensuite vers le rez-de-chaussée et ta voiture (seul ou accompagné selon ce que tu auras décidé pour Kato. Considères que c'est un bon petit soldat qui ne (se ?) pose pas trop de questions) pour aller saluer Norman "la main" Jiwenski sur Sunset Boulevard à deux pas d'ici. Pris dans tes pensées et par ton mal de tête, tu ne réalises qu'une fois dans le Hall que le barrage de journalistes est encore là...Opportunité ou coup du sort, que faire ? (il te reste l'option d'essayer de passer par l'entrée de service pour plus de discrétion)
avatar
Faust
Mj
Mj

Nombre de messages : 131
Date d'inscription : 25/12/2006

Feuille de personnage
Pseudonyme: Kato
Adrénaline:
1/1  (1/1)
Points de vie:
29/29  (29/29)

Voir le profil de l'utilisateur http://nexus.yoo7.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scène 2 : Musique, Maelström !

Message  Masika le 2014-04-04, 12:49 pm

Je sors du bureau de « Maureen » avec un peu moins de poids sur les épaules (à défaut d’une autre partie de mon anatomie, mais ce n’est sûrement que partie remise), mais un mal de crâne persistant. La fréquence de mes migraines à tendance à s’accélérer ces temps-ci, il faudrait peut-être que je pense à consulter. C’est pas comme si je me faisais des inhalations au Gob pourtant…

Kato me tombe dessus et je sens bien qu’il en a gros sur la patate, j’essaie donc de le rassurer tant bien que mal. Je me sens un peu coupable. Après tout j’aurais aussi pu le museler quand il a voulu jouer du pompe en pleine circulation. Je lui pose une main assurée sur l’épaule, plus assurée que je ne le suis vraiment :

- On va aller vérifier cette histoire de camionnette, oui, mais d’abord faut qu’on passe chez « La main » pour que je lui fasses la causette. Et t’inquiètes pas trop pour McKinley, je pense que ça va se tasser.

*Peut-être que tirer un coup me fera pas de mal à moi non plus.*

Ce qui me fait penser, brièvement, à Kim. Ca fait pas mal de temps qu’on s’est pas vu, pas depuis une semaine, vu qu’on s’était pris le chou. Moi de mauvaise humeur avec l’affectation que m’avait attribué Hawkins et elle avec sa tête à la tournée qu’elle démarre bientôt. Résultat : engueulade pour une connerie de chaussures mal rangées et hôtel du cul tourné pour le reste de la nuit. Faudrait que je pense à m’excuser. Peut-être.

Le PARD, sans me révéler les tenants et les aboutissants de l’enquête à venir, me confirme au moins une piste à renifler. Je me demande qui commencer à interroger parmi les acteurs de cette ancienne histoire, avant de décider de remettre cette question à plus tard. J’ai un sourire devant le rapport du vieux Simus. Malin comme un singe l'ancêtre. Une relation à entretenir.

Finalement, je finis par lever mon cul du bureau, ignorant la démonstration de force d’Hawkins sur ses équipes, et fais signe à mon petit nem.

- Allez on y va.

Le hall du Central et la meute de journalistes. En uniforme, je tiens mon masque du cops serré contre moi avec le bras gauche avant de m’avancer vers la horde de micros. Je me compose un visage assuré, comme on me l’a appris au cours de mon stage annuel, mais surtout comme j’en suis naturellement doué. Je m’apprête à fendre la foule des journalistes tout en sachant qu’il me faudra répondre à quelques questions pour satisfaire les requins du sensationnalisme.

Mais, putain, j’aime ça.
avatar
Masika
Joueur
Joueur

Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 02/09/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://umbra.yoo7.com/t3-fiche-de-personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scène 2 : Musique, Maelström !

Message  Faust le 2014-04-04, 2:18 pm

La foule de journalistes est tellement excitée à attendre que quelqu'un d'important (d'utile pour faire leur beurre) passe, que ton arrivée te fait passer pour une star de Cinéma. *Flash* *Flash* *Flash* *Flash*
- C'est lui !
- C'est Dane !
- Détective Dane, Détective Dane !


Ils se pressent tous devant toi, autant pour essayer d'avoir la primeur que pour t'empêcher de t'échapper. Enfin, ça c'est si tu le voulais. Mais tu n'es pas là pour leur échapper, et ces petits renards de journaleux le comprennent tout de suite, à moins que ce soit le fait qu'il te connaissent au moins de réputation.

Les voix s'élèvent toutes en même temps dans un brouhaha incompréhensible. Mais comme dans tous les groupes de journalistes en meute, seules les voix des alphas arrivent jusqu'à tes oreilles :
- Déctective Dane, on dit que vous seriez responsable de l'accident dans Skidrow ce matin dans la poursuite des braqueurs du Week-End, qui va coûter plus de 20.000$ au contribuable, est-ce vrai ?  
- Détective, on dit que vous êtes en charge de l'enquête sur le meurtre de la fille du juge Ruiz ! Pouvez-vous confirmez, s'il vous plaît...

Profitant d'une accalmie, une voix de femme s'élève au fond :
- Détective Dane, LCNews. Des rumeurs circulent sur le fait que le meurtre de Mme Ruiz-Miller serait le fait d'un serial-killer qui viserait les populations latino-californiennes...Une déclaration à ce sujet ?. Tu finis par reconnaître la voix : il s'agit d'Anna Montoya, présentatrice vedette d'une chaîne locale visant les minorités (plus si minoritaires) ethniques latinos (LCN : Latinos California News). A ce qu'on en dit, la chaîne est un prétexte permanent à relever les bévues du LAPD et autres services au niveau de cette minorité. Une vraie plaie médiatique pour le service.

Le silence se créé devant ta prestation et ton charisme indéniable, amenant ton moment préféré de ce show : ils sont tous suspendus à tes lèvres, caméras braquées vers toi.
avatar
Faust
Mj
Mj

Nombre de messages : 131
Date d'inscription : 25/12/2006

Feuille de personnage
Pseudonyme: Kato
Adrénaline:
1/1  (1/1)
Points de vie:
29/29  (29/29)

Voir le profil de l'utilisateur http://nexus.yoo7.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scène 2 : Musique, Maelström !

Message  Masika le 2014-04-15, 12:26 pm

J’affiche mon meilleur sourire bright, digne d’une pub pour dentifrice, pour la photo, même si je garde un regard sombre afin de démontrer ma préoccupation.
 
- Je n’ai pas de commentaires à faire sur le carambolage de Skidrow.
 
Je marque une pause calculée, avant d’ajouter sans me départir de mon sourire de commercial vendeur de bagnoles :
 
- Même si j’imagine que nous, citoyens de l’état libre de Californie, sommes prêts à débourser quelques dollars de plus pour vivre en sécurité.
 
A la seconde question qui fuse, je tourne la tête vers le journaliste :
 
- Le service du COPS fait son maximum pour lutter contre chaque crime perpétué dans la cité des anges. Le drame dont a été victime Mlle Ruiz mérite à ce titre toute notre attention et nous ferons notre maximum pour retrouver le meurtrier et rendre justice à l’une des citoyennes de la Californie.
 
Reconnaissant ensuite la voix d’Anna Montoya, mon regard se porte dans sa direction, sans me départir de mon attitude affable :
 
- Madame Montoya, je serai absolument ravi d’entendre vos hypothèses autour d’un verre si vous le désirez. Mettons ce soir au Blue Perrot. 23h00 ? Avant, je risque d’être occupé par une enquête que je dois mener avec sérieux.
 
Mon sourire s’est élargi avec cette dernière pirouette, puis je me fends d’un « Pas d’autres commentaires ! » sybillin avant de traverser la meute de journaliste vers la spitfire dans laquelle Kato fait déjà tourner le moteur. Après m’être glissé à l’intérieur, mon visage se ferme, préoccupé par la suite.
 
- Conduis-nous chez « La main », mais fais quelques détours histoire de vérifier que l’un de ces rigolos ne s’est pas mis en tête de nous renifler le derrière à distance.
avatar
Masika
Joueur
Joueur

Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 02/09/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://umbra.yoo7.com/t3-fiche-de-personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scène 2 : Musique, Maelström !

Message  Faust le 2014-04-15, 6:38 pm

Ta réponse à Mademoiselle Montoya créé l'hilarité parmi les journalistes, nourrissant leur attente d'une de ces vannes irrévérencieuses dont tu as toujours eut le secret. La journaliste hispano, elle, semble ne pas avoir apprécié ta pique à sa juste valeur, et te lance un regard noir.

A peine as-tu finis ton "pas d'autres commentaires" que les journalistes essaient -comme d'habitude- de t'en tirer un dernier dans un rappel désespéré du Showman que tu es. Mais pour une fois, tu n'es déjà plus là pour leur répondre, occupé à monter dans la nouvelle spitfire que Kato a déjà fait préchauffé.

Vous démarrez donc, et faites quelques rues avant qu'il ne réponde à ta demande en fronçant les sourcils :
- Euh...O-kay, part'naire...Besoin d'une chambre...?, dit-il dans une semi-blague pour en savoir plus.

Mais avant que tu puisses lui répondre, tu le vois déjà lever un sourcil en observant le rétroviseur, tout en finissant de tourner :
- Ah-Ah...Tu vas rire, mais t'avais raison, j'crois qu'y en a déjà un qui nous suit, en voiture. Pas discret l'enfoiré, en plus...

Il plisse les  yeux en continuant de scruter le rétroviseur, puis les écarquille -un peu trop pour sa condition d'asiatique- :
- Oh, merde...Tu vas pas l'croire, mec. J'crois bien qu'c'est Hawkins qui nous file le train...On fait quoi ? Tu veux que j'essaie de le semer ?, demande-t-il avec une voix où tu sens qu'il n'est pour une fois pas très sûr de lui.
avatar
Faust
Mj
Mj

Nombre de messages : 131
Date d'inscription : 25/12/2006

Feuille de personnage
Pseudonyme: Kato
Adrénaline:
1/1  (1/1)
Points de vie:
29/29  (29/29)

Voir le profil de l'utilisateur http://nexus.yoo7.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scène 2 : Musique, Maelström !

Message  Masika le 2014-04-23, 11:56 am

Après l’exercice de communication auprès des médias, je tente de reconstituer le puzzle des évènements dans ma tête. Exercice autrement plus difficile que celui de jouer avec des journalistes avides de mots creux pour remplir leurs articles. Préoccupé, je ne réponds pas vraiment à la première vanne de mon petit nem sauce vinaigre, mais me redresse légèrement dans mon siège lorsqu’il annonce la filature.
 
Je ne peux pas dire que je sois surpris, je m’y attendais. Par contre, que ce soit Hawkins lui-même qui s’y colle me prend au dépourvu. Voire me file un peu les jetons.
 
Je réponds rapidement à Kato qui semble déjà partant pour un nouveau rodéo malgré son entrevue avec McKinley qui date de moins d’une heure. Complètement frappé mon petit nem.
 
- Non, surtout pas. Par contre tu vas t’arrêter au stuffer shack, sur la 8ème.
 
Lorsque nous arrivons au fast food, je prends soin de ne pas regarder en direction de la banalisée d’Hawkins et file tout droit aux caisses pour commander trois hamburgers-frites avec grand coca.
 
Dans deux sacs séparés.
 
Après avoir griffoné sur une serviette en papier un « bon appétit, lieutenant», je glisse ensuite un billet à la serveuse pour qu’elle apporte le second sachet à Hawkins avant de regagner tranquillement la spitfire en sirotant l’un des cocas.
 
Une fois calé dans la fauteuil, je glisse à Kato :
 
- On redémarre, si Hawkins continue à nous renifler le derrière, tu prends la direction de Bel-air chez mon Daron. S’il lâche l’affaire, on va comme prévu chez Jablowski
 
Alors que nous démarrons, une question vient me hanter. Hawkins me haït-il vraiment au point de me filer le train, ou bien est-ce que cette affaire touche à quelque chose qui lui est un peu trop personnel?
avatar
Masika
Joueur
Joueur

Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 02/09/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://umbra.yoo7.com/t3-fiche-de-personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scène 2 : Musique, Maelström !

Message  Faust le 2014-04-23, 7:57 pm

La serveuse accepte volontiers ton billet avec un petit signe de tête, et même un petit regard séduite par ta condition de beau gosse. Pas sûr qu'elle t'ai reconnu, mais à peu près sûr par contre qu'elle fera ce que tu as demandé.

Tandis que vous redémarrez, Kato hoche la tête. A-t-il vraiment compris où tu voulais en venir ? Pas certain, il a une faculté à faire croire qu'il a compris correctement assez effarante d'après ce que tu en sais.

Vous remontez donc un peu la rue. Dans le rétroviseur, la serveuse finit de donner son Os sous forme de sac à Hawkins. Quelques secondes plus tard, tu le vois redémarrer avec un soupir. Il continue de vous filer, si le mot filature peut encore s'appliquer dans ce cas.

Comme prévu par ton plan, ton partenaire prend donc direction Bel-Air. Hawkins semble (depuis le début) ne pas vraiment faire cas du fait que vous sachiez que vous êtes suivi, et ne prend aucune précautions particulières.

Vous commencez la longue reptation et ascension pour arriver à Bel-Air. Là où le prestige social se mesure -comme bien souvent- à la hauteur à laquelle vous habitez. Et de ce côté là, ton paternel n'a pas vraiment à se plaindre : Stone Canyon Road est la partie la plus haute, et sans en tenir le sommet, la Villa ultra luxueuse dans laquelle tu as passé une bonne partie de ta vie est située sur le contrefort de cette cime du pouvoir. D'ailleurs, tu sais que ton père n'a pas voulu du sommet en question, lui préférant ce contrefort chaleureux, l'arrière de la maison donnant sur un grand terrain jusqu'à un bout de colline escarpée et verdoyante, l'autre face proposant un panoramique stupéfiant sur presque tout L.A.

Vous vous arrêtez devant le portail, et Kato te regarde :
- Euh...On fait quoi, maintenant, partenaire ?...Tu sens que le dernier mot commence à se déliter un peu dans sa bouche, comme si votre "partenariat" devenait plus une forme de hiérarchie. Et tu as déjà mis un certain temps à établir cette relation égalitaire qui a l'air de tant lui convenir. Tu sais qu'il te suivra, quoi qu'il arrive, mais ça risque de le vexer si tu ne lui donne pas un semblant d'explication.

Hawkins, lui aussi, semble vouloir te suivre. Il s'est garé en contrebas, et tu peux presque l'imaginer tirant rageusement sur sa paille pendant qu'il dévore probablement son burger du Stuffer Shack.
avatar
Faust
Mj
Mj

Nombre de messages : 131
Date d'inscription : 25/12/2006

Feuille de personnage
Pseudonyme: Kato
Adrénaline:
1/1  (1/1)
Points de vie:
29/29  (29/29)

Voir le profil de l'utilisateur http://nexus.yoo7.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scène 2 : Musique, Maelström !

Message  Masika le 2014-04-24, 1:46 pm

Il fallait s’en douter, bulldog n’est pas le genre à se laisser démonter et à lâcher sa proie si facilement. Au moins ai-je la maigre satisfaction de lui avoir fait savoir que je ne suis pas le bleu qu’il s’imagine. Alors que la Spitfire enroule les virages montant vers Bel-Air, j’en arrive à la conclusion suivante : ou Hawkins a décidé de me plomber par pure volonté de vengeance, ou il redoute que l’enquête soulève le couvercle de la marmite Shawn Parker. Mon instinct me dit que Hawkins sait quelque chose que j’ignore.

Et qu’il ne veut surtout pas que je le découvre.

La résidence familiale et son faste s’offre enfin à notre vue et alors qu’il gare la voiture devant, Kato cherche à en savoir plus. Ce que je peux comprendre, je me montre injuste avec sa fidélité quasi-aveugle. Un sourire taquin hante mes traits avant que je finisse par répondre :

- Quand tu as de la merde qui te colle aux basques, tu fais quoi toi ? Moi, personnellement, je change de chaussures.

Comme si cela suffisait à expliquer notre venue ici, j’ajoute :

- Suis-moi.

Je pénètre en compagnie de Kato dans la résidence paternelle et file directement vers le garage. Mon père a une passion en plus de son boulot : les grosses bagnoles. Un virus qu’il m’a refourgué.

Après avoir récupéré les clefs du dernier modèle Lamborghini aux vitres fumées, je les transmets à Kato et le regarde droit dans les yeux.

- Perds-moi Hawkins dans les rues de LA, ballades-le pour qu’il me lâche les basques et reviens ici dans une heure.

Je m’assure que mon petit nem a bien compris le message, puis ajoute :

- Une rayure et tu me devras les 20 prochaines années de ton salaire, kat’.

Alors que les portes automatiques du garage s’ouvrent, je le regarde s’éloigner dans le rugissement surpuissant du moteur. Je prends ensuite le second jeu de clefs, celui de la berline BMW plus discrète et m'installe derrière le volant. J’attends cinq minutes avant de démarrer et de sortir de la demeure familiale en espérant que Hawkins ait mordu à l’hameçon...
avatar
Masika
Joueur
Joueur

Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 02/09/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://umbra.yoo7.com/t3-fiche-de-personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scène 2 : Musique, Maelström !

Message  Faust le 2014-04-29, 3:06 pm

A ta première phrase, tu sens que tu as perdu ton petit nem. Il ne se donne même pas la peine de faire semblant, avec son air circonspect, et se contente de te suivre.

Il siffle lorsque vous pénétrez dans la villa, en se tordant le cou à droite et à gauche pour apprécier le panorama que tu ne remarques même plus. Lorsque tu ouvres la porte du garage, par contre, il reste bouche bée quelques secondes, avant de jurer :
- Bordel...De...Merde...Une Chevy 57 Bel-Air ! J'savais même pas qu'il y en avait encore en circulation !...

Ses yeux s'illuminent comme un matin de Noël en regardant la suite de la collection de ton père, ce qui t'indique qu'outre être les boulets du service vous venez de vous trouver un autre point commun.

Lorsque tu lui jette les clés de la Lamborghini "Tempesta" noire et rouge, il te jette un regard interloqué. Puis à ta phrase suivante, un sourire presque béat illumine son visage, et tu as l'impression que ta phrase suivante n'a fait que traversé sa boite crânienne, puisqu'il se jette sur la Lambo comme un adolescent sur sa première conquête en soulevant la portière :
- Mec, c'est l'plus beau jour de ma vie depuis que Mei-Ling m'a embrassée en 6ème ! Dit-il tout en s'installant.

Contre toute attente, il met ses lunettes de soleil, sourit, les baisse et ajoute en démarrant :
- Compris chef, la prunelle de mes yeux.

Puis il accélère un petit coup et son sourire s'élargit tandis qu'il démarre :
- Ciao, compadre !

Sur ce melting pot linguistique sûrement involontaire, il te laisse là, effectue un dérapage devant le portail et tu perds de vue le bolide et son chauffeur fou.

Après à peine quelques secondes, tu entends une marche arrière et un autre dérapage dans le gravier, et suppose que ton plan a bien fonctionné. Hawkins vient de se lancer à la poursuite de ce qu'il suppose être un changement pour une caisse plus rapide capable de le semer.

Au volant de ta BMW flambant neuve, mais plus discrète que la Lambo, tu attends. Au bout de 5mn, tu te décides à sortir de la Villa.
Personne. Tu démarres et commence à serpenter sur le chemin inverse pour sortir de Bel-Air. [Où vas tu ? à l'Hôtel ?]
avatar
Faust
Mj
Mj

Nombre de messages : 131
Date d'inscription : 25/12/2006

Feuille de personnage
Pseudonyme: Kato
Adrénaline:
1/1  (1/1)
Points de vie:
29/29  (29/29)

Voir le profil de l'utilisateur http://nexus.yoo7.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scène 2 : Musique, Maelström !

Message  Masika le 2014-05-12, 12:34 pm

*Ne réfléchis pas trop* me dis-je en observant mon petit nem nucléaire chausser sa paire de lunettes de soleil. *Et bordel qui est cette Mei-ling qui a eu le courage de rouler une pelle à ce frapadingue ?*

La Tempesta sort du garage dans le hurlement de son moteur surpuissant et je regrette déjà ma décision, songeant un bref instant à ce qu’il adviendrait de Kato s’il venait à se faire arrêter par un confrère chicano. Nul doute qu’au vu de son aisance linguistique, il finirait au placard et la lamborghini à la fourrière.

Je pousse un petit soupir à cette pensée et récupère les clefs de la BMW, avant de tendre l’oreille. Dérapage de Kato. Normal. Bruit d’un second moteur qui s’arrache. Soulagement. Hawkins a mordu à l’hameçon.

Je démarre le moteur plus feutré de la berline et quitte Bel-Air. Direction le motel Super 8 et l’interrogatoire de son propriétaire. Jiwenski est connu pour être un ancien flic à la dure. Les conditions de sa « subite » reconversion restent peu claires.

Bref pas le genre de type à apprécier les gars comme moi. Vas falloir jouer sur du velours.

Je me gare sur le parking, embrassant d’un simple coup d’œil le motel qui trône sur sunset. Aussi impersonnel et froid que n’importe lequel autre établissement de ce genre. Aussi dingue que ça puisse paraître, j’ai jamais foutu les pieds ici, malgré le nombre de mes conquêtes.

Et finalement je regrette pas trop.

Direction la réception, où je demande à parler à « La Main » en privé, sans présenter mon badge. Avec ma trombine qui doit figurer sur tous les journaux télévisés, je pense que Jiwenski n’aura pas besoin de justificatifs…
avatar
Masika
Joueur
Joueur

Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 02/09/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://umbra.yoo7.com/t3-fiche-de-personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scène 2 : Musique, Maelström !

Message  Faust le 2014-05-13, 2:17 am

Motel Super 8, Sunset Boulevard



Quand tu rentres, plusieurs odeurs t'assaillent, certaines tentant d'en étouffer d'autres moins sympathiques. Pas vraiment le grand luxe, mais suffisamment pour qu'on y croit. Faussement aseptisé pour recouvrir le vice et le stupre des chambres, qui si tu ne les imagines pas glauques ne sont que des box discrets pour couples en mal d'ébats plus ou moins mal vus (du moins officiellement).

Arrivé à la réception, un simple coup de sonnette. Mais tu n'as pas à attendre longtemps devant le comptoir en bois un peu usé qu'apparaît ton homme. La Main "Jiwenski".



Il te sourit, et pose sa fausse main couleur faussement chair sur le comptoir, l'autre occupée à tenir la clope sans flitre sur laquelle il tire nonchalamment malgré les Lois en vigueur sur la cigarette dans les hôtels. Ses dents presque blanches et régulières, sa chaîne et sa montre en or qui n'ont pas l'air d'être du toc te laissent à penser que son petit business ici -quel qu'il soit- est lucratif.

L'ancien flic au regard dur te fixe une seconde avec son sourire, puis finit par prendre la parole avec un léger accent...Russe ? :
- Eh ben. Si on m'avait dit que je recevais une star de la télé, j'me serais habillé...J'suppose..., dit-il en lissant sa chemise blanche tout en tapotant sa main sur le comptoir. Son regard noir est étrange. Bien sûr son expression, son attitude et son visage portent encore les stigmates d'un ancien flic de la rue. Mais il y a autre chose. De plus dur, et de plus sombre. Son sourire s'élargit :
- J'ai bien aimé ta façon de moucher cette chicano tout à l'heure...C'était sacrément bien envoyé. J'ai jamais aimé cette petite langue de pute..., dit-il en te regardant dans les yeux, plein de curiosité où tu sens une vivacité d'esprit. Il dévie le sujet avec un petit clin d’œil de camaraderie :
- Alors, Détective Dane, qu'est-ce que j'peux pour toi ? Une petite à t'faire avant ta grosse affaire ? De la compagnie peut-être ? Il t'observe une seconde de la tête au pied, avant de secouer la tête avec un fin sourire : T'as pourtant pas l'air d'être le genre de gars à avoir besoin de ce genre de services, j'me trompe ?.... Tu sens l'ironie dans ses propos. Il sait déjà pourquoi tu n'es pas là. Quant à savoir ce qu'il sait d'autre...
avatar
Faust
Mj
Mj

Nombre de messages : 131
Date d'inscription : 25/12/2006

Feuille de personnage
Pseudonyme: Kato
Adrénaline:
1/1  (1/1)
Points de vie:
29/29  (29/29)

Voir le profil de l'utilisateur http://nexus.yoo7.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scène 2 : Musique, Maelström !

Message  Masika le 2014-05-13, 3:30 pm

Impersonnel, comme prévu. Je suis par contre plus surpris par “la main”. Je m’attendais à une brute et je me retrouve face à un type qui ne manque pas d’une certaine forme d’humour. Je renvoie à Jiwenski son sourire équivoque :
 
- Dans le mille, j’ai justement rencart ce soir avec une langue de pute chicano et donc pas besoin de ce service-là.
 
Je tire une cigarette du paquet que je cache dans la poche intérieure de ma veste et lui tends alors qu’il vient de finir la sienne :
 
- Désolé, c’est à ça qu’on voit que je suis un bleu, j’en suis encore aux filtres…
 
Je range le paquet après m’être glissé une tige à tabac entre les lèvres.
 
- Je pourrais te faire le coup de tourner autour du pot, mais on sait tous les deux que ça nous ferait perdre du temps. Y’a un coin où on peut faire causette ?
 
Je le laisse me guider dans son « bureau » et m’assois dans l’un des fauteuils qui font face à son domaine. Après une brève inspiration, je vais droit au but.
 
- Norman, je sais que la fille Ruiz était ici hier soir. Pause. Accompagné. Nouvelle pause. J’aimerai bien que cette information reste entre nous pour l’instant. Je connais le système et je t’en dois une.
 
Je plonge mon regard dans celui de l’ex-flic, attendant un éventuel assentiment avant d’ajouter :
 
- Je sais que Thomas fréquentait la fille du juge, ce que j’aimerai savoir, c’est est-ce qu’il était le seul qu’elle voyait ici et si tu as remarqué d’autres choses. Un type qui t’aurait paru suspect hier soir, un truc qui aurait éveillé ton instinct de flic. Et dernier point, tu coinnais la chanson, j’aurais besoin de jeter un œil à la chambre. La 402. Achève-je pour lui faire comprendre que j’ai potassé mon dossier.
avatar
Masika
Joueur
Joueur

Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 02/09/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://umbra.yoo7.com/t3-fiche-de-personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scène 2 : Musique, Maelström !

Message  Faust le 2014-05-13, 4:22 pm

A ta réflexion sur les filtres, un sourire en coin apparaît. Plus amical, cette fois, comme celui d'un flic à un autre flic. Et il accepte ta clope de bon cœur.

A ta proposition, il ne dit rien mais t'accompagne dans le bureau. Il pose ses mains sur le rebord, face à toi, mais ne s'assied pas. Tu as visiblement excité sa curiosité. Vite rassasiée par ton côté direct, que son langage corporel semble te montrer comme un bon point pour toi.

Il se gratte le menton quelques secondes, comme pensif. Puis il plonge à nouveau ses yeux dans les tiens, t'évaluant du regard, dans le silence complet. Au bout de dix secondes où tu crois revivre la scène avec ton Capitaine, il soupire :
- Ca marche. J'ai rien contre toi, cow-boy. Au contraire, t'as l'air d'un bon gars, contrairement à c'que j'ai pu voir sur les écrans. Et j'ai aucun intérêt à révéler cette affaire. Mauvais pour le business. Mais...Tu le savais déjà, pas vrai ? dit-il avec un petit sourire rusé.

Il se tourne pour prendre son téléphone, et appuie sur une touche :
- Appelles moi le crétin. Dis lui qu's'y rapplique pas dans la minute, il est viré, et j'dirais à sa mère de le foutre dehors.

Il se gratte encore le menton avant d'annoncer :
- J'ai vu ton copain arriver avec la miss Ruiz.19h15 à peu près, j'leur ai filé la 402...Mais j'étais pas là quand y sont partis. C'est un de nos employés qui faisait la garde de nuit. Ma gosse était malade, dit-il comme s'il venait de te faire la confidence du siècle.

Puis il reprend :
- En voyant les infos c'midi, j'ai fais le rapport avec ton "affaire". j'ai ajouté un et un et j'ai regardé les caméras de surveillances, pour voir. Pas trouvé quoi que ce soit de louche dans le périmètre sur les bandes, à part la Ruiz qui s'est cassée en premier, et ton pote une demi-heure après. Donc soit le type après qui tu cours est un pro, soit c'est pas là qu'il l'a prise. Enfin...Si y a qu'un seul gars, te demande-t-il du regard en soulevant un sourcil intéressé, même s'il semble se douter que tu ne vas pas lui déballer les détails de l'affaire : Bref, niet sur les bandes. Tu peux les visionner sur l'écran de mon bureau. Pour l'appartement, la clé est là...Tu casses, tu payes, dit-il en te lançant le trousseau avec une moue presque narquoise.

Puis il ajoute enfin :
- Et mon corniaud de neveu va pas tarder. C'est lui qui était de "garde". Tu pourras toujours le cuisiner. Mais n'y va pas trop fort, c'est l'genre...Enfin, tu verras bien..., finit-il avec un sourire énigmatique tandis que la porte de son bureau s'ouvre, et qu'une espèce d'asperge émaciée brune en costume plus ou moins froissé arrive en trébuchant sur la chaise du fond :
- B-b...Bonjour Mon-on-sieur J !!!..J'peu-peu faire quelque chose p-pour v-vous aujourd'hui ?
Il sue la peur et l'émotion. Soit Monsieur J est un terrible dragon, soit ton potentiel témoin a un gros soucis de self-control ou de langage.
Jiwenski, visiblement exaspéré, soupire. Puis il tend sa fausse main vers toi en se levant, et fixe le jeune homme :
- Ouais, Konrad, tu peux. Ce gars là, c'est un ami à moi. Un COPS. Tu vas lui parler du couple de la 402 d'hier soir. Et tu oublies rien, t'as compris, p'tit ?...

Le jeune secoue la tête affirmativement. Mais tu sens que c'est moins pour confirmer qu'il a compris que pour s'applatir devant son Oncle, qui sort de la pièce en te tapant l'épaule avec un autre sourire :
- Bonne chance pour ton enquête. Ah, et...Ouais c'est un peu con demandé comme ça, mais ma fille, Indie, elle est folle de tous ces trucs de bridés d'en ce moment...Et j'ai entendu que tu traînais pas mal avec cette chanteuse, là, Kim Tong ? Kim Pong ? ...Bref, elle est vraiment accroc à ces chinoiseries. Donc si tu pouvais lui avoir un autographe...Ce sera à charge de revanche, on va dire. Rappelles-toi, Indie Jiwenski, ie à la fin... Puis il sort, te laissant seul avec Konrad.
avatar
Faust
Mj
Mj

Nombre de messages : 131
Date d'inscription : 25/12/2006

Feuille de personnage
Pseudonyme: Kato
Adrénaline:
1/1  (1/1)
Points de vie:
29/29  (29/29)

Voir le profil de l'utilisateur http://nexus.yoo7.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scène 2 : Musique, Maelström !

Message  Masika le 2014-05-13, 6:24 pm

Je dodeline doucement de la tête lorsque "La main" m’indique que je sais que ma proposition va dans le sens de ses propres intérêts. Lorsqu’il se met à table, je l’écoute attentivement. Pro, concis et factuel.

Malheureusement, peu de biscuits à se mettre sous la dent.

L’arrivée de son neveu vient interférer avec cet échange de flic à flic. Merde, le môme a l’air prêt à se souiller les chausses si une grand-mère lui brûlait la priorité sur un passage piétonnier. Etonnant changement de style entre l’oncle et son neveu. J’adresse un hochement de tête reconnaissant à Jiwemski, puis avant qu’il ne sorte, ajoute :

- Pas de problème pour l’autographe, mais qui sait peut-être que si tout se passe bien, elle pourrait avoir un passe VIP pour un prochain concert.

Inutile d’en dire plus, « La main » a parfaitement compris là où je voulais en venir.

Seul à seul avec un prototype du gamin mal dans sa peau. Ca pourrait être marrant si c’était pas aussi gonflant ce genre de gugusse.

- Konrad, mantenant que le vieux est parti, tu peux relâcher tes sphincters et recommencer à respirer. Alors, racontes-moi ce que tu as vu hier soir. Tout. N’oublies rien ou je le saurais. Ensuite tu prendras ton poste normalement et fera en sorte que personne ne vienne déranger mon inspection de la chambre 402. On est ok Konrad ?

Pas que j’espère tirer grand-chose de ce grand échalas, mais je doute que la vue d’un engin comme la fille Ruiz n’ait pas éveillé son attention. Le problème, c’est que son niveau d’éveil part de tellement bas que le remonter nécessite peut-être plus qu’une carrosserie bien montée…
avatar
Masika
Joueur
Joueur

Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 02/09/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://umbra.yoo7.com/t3-fiche-de-personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scène 2 : Musique, Maelström !

Message  Faust le 2014-05-13, 6:59 pm

Effectivement, à ton injonction, la crise de tétanie anale de Konrad semble s'estomper un peu. Mais tout ton discours n'a pourtant pas l'air de le rassurer plus que ça, pour une raison que tu as du mal à déterminer, il est sur ses gardes mais essaie de le cacher, du moins autant que son état de nervosité le lui permet. Fin d'adolescence, dans les vingt ans au max, et un air de faux geek dû à une acnée plus si juvénile que ça. Le reste de son costume bleu du manager d'équipe avec son nom et celui de l'hôtel épinglés sur la poitrine lui va aussi bien qu'une tenue en latex sur un prêtre catholique.

Il regarde derrière, comme pour voir si la porte est bien fermée, puis ouvre la bouche :
- Oui, b-bien sûr, M'sieur..., t'affirme-t-il avec ce que tu commences à penser être un réel problème de bégaiement tandis qu'il se gratte la tête, comme si ça activait le peu de mémoire dont il semble disposer :
- La femme et l'inspecteur y sont arrivés à 19...19h ?...Je crois. Ils ont demandé une chambre à Monsieur J, une chambre pour deux. Elle, elle avait l'air, euh...Contente. Et lui il a pris les clés et ils sont montés...

Il semble dans une vaine tentative de ramener ses vagues souvenirs à la surface au milieu de sa crise d'angoisse perpétuelle :
- Ensuite, ensuite elle est descendue. C'était 22h, j'crois, et...

Il te regarde, comme s'il avait peur. Puis après une longue inspiration il prend un air résigné :
- Je...La-la vérité c'est que j'les ai pas vraiment vu sortir. Enfin, si, elle. J'étais...En train de fumer une...ci-cigarette, quand elle est sortie. Elle avait l'air encore plus contente que d'habitude. Elle m'a-ma fait un sourire. C'est...A ce moment là que j'suis-i rentré...

Il a l'air d'un chien qui sait qu'il va se faire battre, et rajoutes :
- Vous allez pas lui dire pour la ci-ci-cigarette, hein ?...M'sieur J a déjà menacé de m'virer deux fois. Et si j'garde pas ce job, ma mère, elle va m'virer d'chez moi, M'sieur l'inspecteur...

Comme pour contourner le problème, ou saisi d'un éclair de génie, il ajoute enfin :
- ...J'crois que j'ai p'tet vu un gars rôder...Pas loin d'où elle était garée...Elle se garait un peu plus loin que l'parking, pour pas qu'on voit la voiture, je suppose...J'ai pensé qu'c'était qu'un clodo. Y en a souvent qui rôdent la nuit dans l'coin pour faire les poubelles à l'arrière de l'Hôtel. Mais il est parti quand j'l'ai vu...Enfin, pas bien vu...Il était loin, et y faisait sombre...

Il fait une mine déconfite, sûrement persuadé que cette révélation un peu "inutile" n'allait pas suffire à acheter ton silence concernant la "cigarette" qu'il était en train de fumer pendant ses heures de service.
avatar
Faust
Mj
Mj

Nombre de messages : 131
Date d'inscription : 25/12/2006

Feuille de personnage
Pseudonyme: Kato
Adrénaline:
1/1  (1/1)
Points de vie:
29/29  (29/29)

Voir le profil de l'utilisateur http://nexus.yoo7.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scène 2 : Musique, Maelström !

Message  Masika le 2014-05-15, 1:47 pm

J’écoute le môme pendant son long et pénible monologue. Un bon point, la version du gamin corrobore celle que m’a donné Thomas. J’élague les divagations de Konrad, me demandant quand même subrepticement si ce grand échalas a déjà vu une fille dans le plus simple appareil autrement qu’en .jpeg, avant d'en arriver au point intéressant. Quelqu’un a tourné autour de Gina alors qu’elle regagnait sa voiture.
 
Peut-être rien. Peut-être tout. Une piste à suivre en tout cas.
 
Je regarde par la vitre du bureau de « La Main » la rue qui fait face puis demande au gosse :
 
- Viens me montrer où elle s’était garée.
 
Je sors en sa compagnie et une fois qu’il me montre l’emplacement, je fais le tour du propriétaire pour dénicher d’éventuelles caméras de surveillance (boutiques, magasins, caméra de surveillance de la ville…) et le cas échéant, demande à visionner les enregistrement. Une fois cela fait, je retourne vers le motel et glisse à Konrad :
 
- Voici mon numéro de cellulaire. Si quoi que ce soit te reviens en mémoire sur ce type, appelles moi. Maintenant, montres moi la chambre, petit.
 
J'introduis une cigarette entre mes lèvres. J'ai bien essayé d'arrêter, mais en vain. Les putains de patch qu'ils te vendent ne remplacent pas le sentiment que te donne l'inhalation. Je sais pas pourquoi je pense à ça maintenant. Enfin si, je sais. Je n’aime pas foutre mon nez dans les affaires des autres et j’ai quand même salement le sentiment d’être un voyeur qui vient observer les ébats de deux personnes qu’il connaît. Arrivé sur le pas de la chambre, je me tourne vers le neveu de Jiwenski :
 
-Ok, c’est bon, je vais me débrouiller seul à partir de maintenant. Toi, de ton côté, assures-toi que personne ne vient me déranger. Même des flics. A tout à l’heure.
avatar
Masika
Joueur
Joueur

Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 02/09/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://umbra.yoo7.com/t3-fiche-de-personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scène 2 : Musique, Maelström !

Message  Faust le 2014-05-15, 2:39 pm

Konrad et son pas digne d'un échassier t'amènent à l'extérieur. En face de l'Hôtel à une bonne vingtaine de mètres, une petite zone entourée d'une clôture basse, qu'on peut apercevoir depuis l'Hôtel. Un parking, Susy's Market -une supérette de quartier-, un petit resto Mexicain, et une espèce de magasin fourre-tout d'électronique. Depuis l'hôtel, il n'y a pas de vue direct sur le parking, ou disons très peu, surtout de nuit.

Le jeune acnéique te montre le parking où il pense qu'elle était garée. La voiture (une lincoln, te dit-il) n'y est plus. Il te confirme vaguement l'avoir vu repartir. Mais il ne sait plus exactement combien de temps après. Tu captes une caméra du magasin d'électronique, et le vendeur, un vieil indien (d'amérique) ne se fait pas prier lorsqu'il voit ta plaque pour te faire visionner les enregistrements.

Après quelques minutes à maîtriser un système de caméra qui malgré le type de magasin est loin d'être au top, tu t'arrêtes sur 19h04 quand tu vois la Lincoln blanche de ta victime sortir. C'est bien elle. Elle se dirige vers l'extérieur avec son sac, visiblement assez pressée.

Puis 22h05. Elle entre dans le parking. La visibilité est pourrie, et cette caméra ne gère pas le manque de lumière des lampadaires dont certains sont visiblement en panne. Pour couronner le tout, elle est dans le coin le plus sombre. A côté de sa lincoln, un van sombre. Un homme, imper et casquette, très fin et dans les 1,90m tu dirais, lui adresse la parole. Plaque illisible de là, et le zoom de ce truc est vraiment à chier.

Le type lui parle. Pas de lutte, pas d'esclandre. Elle a l'air d'avoir un peu peur au début. Visiblement elle ne le connait pas. Mais finalement elle jette un regard par la fenêtre ouverte de la portière passager du Van, tendant la main, comme pour toucher quelque chose. C'est là que ça se produit. Il approche derrière elle, amical, et d'un coup lui met une main sur la bouche avec ce qui ressemble à un torchon, ou un mouchoir. Il traîne le corps jusqu'à la voiture de Gina, ouvre la portière passager avec ses clés, et la pose dedans, confortablement inconsciente. Le tout dure à peine plus de 30 secondes. Puis il repart. Tu notes les vitres teintées de la Lincoln de Gina, explication probable du fait que le jeune Konrad ait pu confondre.

Vingt minutes plus tard, il revient, et reprend son Van, disparaissant par la sortie de la petite zone commerciale. Ni vu, ni connu.

Tu demandes une copie des enregistrements, et l'indien te les donne.

Quand tu refiles ta carte à Kon-kon, il hoche la tête et la fait glisser dans la poche intérieure de son costume bleu bon marché. Il t'amène ensuite à la chambre 402. Il te donne les clés quand tu demandes à te débrouiller seul, et ajoute avant de partir, comme à demi soulagé :
- La femme de ménage est déjà passée ce matin tôt. Je sais pas si vous trouverez grand chose.... Puis il se ravise comme s'il avait oublié un truc : Et, eux...M'sieur l'inspecteur...Si vous pouviez rien dire à M'sieur J...Sur notre...Tr-truc...
. Puis après 5 secondes à essayer d'évaluer si tu vas le balancer : ...Bref-f ce serait vraiment sympa à vous, inspecteur.... Un dernier regard de cocker dépressif, et il repart la queue (ou ce qui en fait office) entre les jambes.

La serrure tourne et la porte s'ouvre sur une chambre comme tu en a déjà vu des centaines : Lit deux places, table de nuit, télé, salle de bain modèle réduit et décoration juste un peu plus classe que les autres. Le tout toujours dans la même disposition, pour une chambre où on sent que le but n'est pas vraiment d'y séjourner longtemps. La seule ouverture, une fenêtre dans la chambre, donne sur le parking de l'Hôtel. Et le ménage a l'air d'avoir été fait, effectivement, tu peux le dire autant aux draps changés qu'à l'odeur de détergent qui flotte dans la pièce.
[Je te laisse me dire ce que tu fais, ce que tu fouilles, ce que tu cherches...]
avatar
Faust
Mj
Mj

Nombre de messages : 131
Date d'inscription : 25/12/2006

Feuille de personnage
Pseudonyme: Kato
Adrénaline:
1/1  (1/1)
Points de vie:
29/29  (29/29)

Voir le profil de l'utilisateur http://nexus.yoo7.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scène 2 : Musique, Maelström !

Message  Masika le 2014-05-15, 4:33 pm

Je suis le gamin jusqu'au le parking, avec une petite pensée sur le risque que peut faire prendre l’adultère aux gens. Par soucis de discrétion, Gina s’est tout simplement garée dans l’endroit rêvé pour un ravisseur. Lorsque je visionne l’enregistrement de Joe l’indien, la désagréable sensation d’avoir raison vient me glisser une pointe de fer froid entre les homoplates. Gina s’est mise toute seule à la merci de son prédateur. Ce qui me laisse penser que son meurtrier l’observait depuis longtemps pour ainsi connaître son petit rituel à elle et Thomas : place de parking, timing parfait par rapport au départ de Thomas. Tout laisse penser à une préparation minutieuse.
 
La taille du type me fait définitivement éliminer Thomas des suspects. Trop d’éléments en défaveur de cette hypothèse.
 
Je repasse plusieurs fois la bande tandis que Joe fait une copie.
 
Rapide calcul mental, 20 minutes entre le moment de son départ du parking de la supérette dans la lincoln et son retour à pieds. Ce qui fait qu’il n’a pas pu laisser la lincoln à plus de cinq minutes d’ici en voiture.
 
Appel téléphonique aux Anges. Je tombe sur Sarah :
 
- Salut beauté, Matt a l’appareil. Code 10-29 pour une lincoln blanche immatriculée KH-325-OOL appartenant à Me Gina April Miller-Ruiz. Zone de recherche sur un périmètre de 2.5 kilomètres autour du 132 Sunset boulevard. Code 10-29 également sur un van noir abandonné, immatriculation et propriétaire inconnu. Possibilité de véhicule volé.
 
Après avoir remercié Joe, je sors du magasin « Hi-Tek » pour me diriger vers la supérette. Avec un peu de chance, notre ravisseur est entré se payer à becter ou à boire pour combler son attente. S’ils ont une caméra ou un caissier, je mène une petite enquête pour vérifier mon hypothèse avant de retourner vers l’hôtel en cueillant au passage Konrad qui fume lui aussi apparemment trop.
 
Une fois que je m’en suis débarrassé et avoir pris soin d’ignorer sa requête, j’entre dans la chambre. Un stéréotype.
 
Avant d’enclencher la fouille, je prends mon cellulaire et appelle mon petit nem pilote de course.
 
- Kat’, t’en es où ? Tu as toujours Hawkins collé à tes basques ? Si tu t’en es débarrassé, retrouves moi sur sunset boulevard.
 
De toute façon, si Hawkins apprends pour la recherche de véhicule, il va se pointer d’un moment à l’autre, mais on peut toujours rêver…
 
Retour sur la chambre.
 
Si comme on peut l’espérer de la part de ce genre d’établissement, les femmes de ménage ne sont pas aussi scrupuleuses que dans un 5 étoiles, peut-être reste-t-il quelque chose à gratter. J’entame donc une fouille méthodique (sous le lit, baignoire, lampe, téléphone, etc…), à la recherche d’un éventuel mouchard ou de tout autre indice qui pourrait être intéressant.
avatar
Masika
Joueur
Joueur

Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 02/09/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://umbra.yoo7.com/t3-fiche-de-personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scène 2 : Musique, Maelström !

Message  Faust le 2014-05-15, 7:21 pm

Enregistrement vidéo :
A la suite de ta petite enquête vidéo, les conclusions :
- Le ravisseur est arrivé peu après (10mn) Gina.
- Il sort de son van vers 20h et sort du champs de vision de la caméra. Rien sur lui à part ses fringues et ses mains qu'il met dans les poches.
- Il retourne au van quelques minutes avant que Gina arrive. Il n'a a priori rien de plus sur lui qu'en repartant. Par contre il "trifouille" un truc côté passager, mais impossible de voir à cette résolution, même en plein zoom. Puis gina arrive, et retour à la scène où le ravisseur discute avec elle, puis l'enlève.


"Chez Susy", la supérette
La jeune punkette Susy (c'est pas son nom, t'a-t-elle dit avec un joli sourire) a pu te dire qu'apparemment le ravisseur n'avait besoin de rien chez elle. Elle n'a pas vu d'étrangers, et les seules personnes à être venues aussi tard elle les connait et aucun ne correspond (elle ferme à 20h30 maintenant, à cause des agressions récentes dans le quartier). Il faut dire que son comptoir donne de toute façon sur le mur d'en face de la supérette, pas sur la baie vitrée latérale. Elle s'en plaint d'ailleurs, parce qu'elle a vécu une agression un mois auparavant à cause de cette disposition où elle ne voit personne arriver. Mais "les travaux coûteraient trop cher", et "une caméra extérieure, au prix où j'ai payé celle du magasin ? AH !". Elle te laisse voir l'enregistrement de la caméra intérieure. Effectivement, un gros black rondouillard, et une vieille qui a l'air de ne pas avoir la notion du temps pour faire ses courses à cette heure dans le quartier. Pas que ce soit réellement dangereux, mais bon on est à L.A en 2030.

Bref, bredouille de ce côté là.



Le 10-29
L'ange te répond aussi professionnelle qu'une IA :
- Bien reçu, Détective. Recherche en cours pour deux 10-29 dans un rayon de 2.5km du 132 Sunset boulevard. Une lincoln blanche Kilo Hotel 325 Oscar Oscar Lima enregistrée au nom de MILLER-RUIZ, Gina, et un Van noir propriétaire inconnu, abandonné, avec possibilité de véhicule volé.

Tu reçois 5mn plus tard un autre message, de la même fille (si ça en est vraiment une) :
- Aucun véhicule correspondant à vos descriptions n'a été retrouvé dans la zone de recherche pour le moment...

Et là, quelque chose de presque magique se produit. La voix de l'Ange devient humaine une seconde :
- ...Le...Capitaine Shripnik nous a demandé de lui transmettre toutes vos demandes en direct. Il a étendu le rayon de votre recherche de Sunset Boulevard jusqu'à un rayon de 5km, ainsi qu'autour de Skidrow. Il a aussi demandé la coopération dans cette recherche de toutes les unités disponibles des commissariats concernés...Il a aussi dit qu'il voulait vous voir dès que possible. Bonne chasse, Détective.


Kato, le moins catholique des asiatiques
En réponse, tu entends dès le moment où il décroche, que Kato a respecté tes ordres...Plus ou moins. Tu entends des gloussements derrière une musique Rap super forte qu'il baisse :
- A...Allô ? Ouais, euh...Non, je le vois plus là...<silence et petits rires féminins>...Il m'a suivi jusque là...Mais, euh...Disons que j'ai eut un...Contre-temps...
Tu entends derrière une voix qui minaude :
- Ouhhhh, ces sièges...Ils sont si...Durrrrrssss...
Essayant probablement de cacher cette voix, il reprend d'un coup :
- Ok, je te retrouve là-bas. D'ici...Deux minutes...Enfin, disons cinq.. Puis il raccroche te laissant seul dans la chambre.


Room 402
Ta fouille préliminaires t'apprend qu'effectivement, sans que ça soit un cliché (quoique) les femmes de ménages de ce genre d'établissement sont plus pressés de partir et d'encaisser le peu de paye qu'elles ont que de faire un ménage consciencieux. Ce qui dans ton cas est un avantage.

Sans être un laboratoire portable toi-même, tu découvres plusieurs indices qui te laissent à penser que Thomas n'a pas menti :
- Un test de grossesse discrètement détruit, mais positif.
- Trois capotes usagées, dont une goût cerise.
- Des traces de ce que tu analyserais bien comme du sperme dans les draps. Et des cheveux longs et noirs sur le tapis qui pourraient (ou pas) appartenir à ta victime.
- Des restes d'un repas asiatique qui vient de quelques blocs de là.
- Une boucle d'oreille en forme de petit diamant entouré d'un triangle, sur le tapis aussi. Le souvenir de la scène de crime s'éveille en toi en te soulevant encore le coeur. L'image du visage de Gina te marquait tellement que tu en a oublié qu'effectivement, elle avait une boucle d'oreille de ce genre sur la gauche, et pas sur l'oreille droite.
- Des traces de lutte (bris de vase, de verre, etc.). Bien qu'intéressante, cette piste te fait penser -étant toi-même un adepte de la voltige sexuelle un peu acrobatique- que ces traces pourraient avoir pour origines un tout autre type de corps-à-corps...Pas de traces de sang, ni d'autre violence.

Pas de mouchard. Nulle part. Tu en viens donc à la conclusion que soit il a été retiré, soit il n'y en a jamais eut.

Tu commences à te dire que tu ne trouveras rien d'autre ici.

En regardant par la fenêtre de ce qui est le 2ème étage, tu vois en contrebas le parking de l'Hôtel, situé de l'autre côté de l'immeuble par rapport à la zone "commerciale" que tu as visité précédemment. Tu constates que la porte d'entrée de l'Hôtel donne sur ce parking "privatif". Mais tu te souviens que cette porte donnant sur le parking -bien que vitrée- ne donne que sur un Hall que tu as vu tout à l'heure en entrant, sans que l'accueil voient les gens arriver directement.
Il est donc en toute théorie possible que le tueur l'ait observé d'en bas, de la rue d'en face. Ou peut-être était-il client de l'hôtel ?...Ou peut-être qu'il n'était tout simplement pas ici.

Tu es en train de patauger dans ta semoule mentale en te disant que ce serait exactement le moment d'avoir un coup de main des gars du labo, quand tu es sorti de ta catatonie par Jiwenski.
Il te regarde, comme si cela éveillait en lui des souvenirs. Puis il a un sourire sardonique :
- Eh, gamin, faudrait voir à pas trop traîner. J'ai des clients qui doivent bientôt arriver, et j'ai un business à faire tourner. Le ton de sa voix te fais sentir qu'en fait, il s'en fout un peu, et qu'il est plus occupé à te regarder bosser.

Il lève un sourcil et t'annonces comme s'il s'en foutait royalement : - Alors, Kid, on s'en sort ?...

A ce moment là, ton téléphone retentit. Kato :
- Euh, yo, partner. J'suis sur Sunset. T'es où ? T'as réussi à trouver du nouveau ? Moi pas de traces d'Hawkins, il a dû retourner au central...
avatar
Faust
Mj
Mj

Nombre de messages : 131
Date d'inscription : 25/12/2006

Feuille de personnage
Pseudonyme: Kato
Adrénaline:
1/1  (1/1)
Points de vie:
29/29  (29/29)

Voir le profil de l'utilisateur http://nexus.yoo7.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scène 2 : Musique, Maelström !

Message  Masika le 2014-05-22, 11:13 am

Le second visionnage de la caméra me permet de mettre en place un chronométrage des évènements, mais rien de concret en terme d’indices. Je reste néanmoins persuadé que le tueur connaissait les habitudes de Thomas et Gina, ce qui exclut la piste d’un meurtre convulsif. De toute façon, il était difficile de croire à cette dernière théorie vu la méticulosité de la mise en scène du crime.

Choux blancs, en promotion, chez Susy. On ne peut pas gagner à tous les coups. Je lui laisse quand même entendre que je ferai passer un agent de temps en temps pour tempérer ces problèmes d’agressions.

Appel au central, choux blancs bis sur la camionnette ou la Lincoln. Par contre, Hawkins n’a pas l’air d’être le seul à vouloir me renifler le cul, Skripnick a dût lui aussi se changer en limier dans la journée. Je remercie l’Ange, et me dit qu’il faudra de toute façon faire un tour chez le Capitaine pour cerner si la filoche d’Hawkins est de son fait, ce dont je doute.

Kato. Au moins, il a récupéré de son passage chez les bœufs carottes. Une bonne chose ?

La chambre. J’enfile une paire de gants et pénètre dans la 402. Impossible de me défaire de la tension qui barre mes épaules. Je me force à faire le vide mental, à me montrer pragmatique. Des crocs glacés viennent fouailler mes entrailles lorsque je tiens entre mes doigts le test de grossesse. Je repense aux conclusions de Seamus et un flot de bile acide tente de remonter ma gorge.

* Espèce de salopard* me dis-je avec révulsion en pensant au monstre qui a fait ça à Gina.

Je récupère le long fil de cheveux et le mets dans une petite poche en plastique à destination du labo. Pas trop de doute sur son appartenance, mais sait-on jamais ?

Je vais pour sortir lorsque je remarque le parking privatif et l’éventuel poste d’observation qu’il aurait pu fournir. La voix de Jiwenski me sort de la torpeur méditative qui m’a lentement gagné dans cette pièce. Sans relever ses remarques, je me retourne vers lui :

- Il y a une caméra de surveillance qui donne sur ce petit parking ?

Je lève la main en signe d’attente pour sa réponse alors que Kato décide de sortir, via son cellulaire, de sa crise d'adolescence manquée pour revenir vers son métier de flic.

- Ramènes toi au Super 8. Jiwenski te donnera le relevé des clients de la nuit du meurtre, dis-je en fixant brièvement le gérant, tu vas nous faire un peu de porte à porte ou de téléphone pour voir s’ils n’ont rien remarqué de suspect. Moi je file au central, deux ou trois bricoles à faire là-bas.

Si « La main » m’indique que le parking est sous surveillance, j’en profite pour récupérer les bandes. Dans le cas contraire, je retourne au central. Objectifs : déposer la bande de Joe l’Indien chez les électroniciens du MSD pour voir s’ils peuvent en améliorer la qualité, déposer le cheveu trouvé dans la chambre chez les types du labo, passer voir le Capitaine pour un point.

Je regarde ma montre. Et la journée est loin d’être achevée. Il faut que je passe voir "Hammer" Ruiz, ma frangine et que je trouve le temps de manger aussi…
avatar
Masika
Joueur
Joueur

Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 02/09/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://umbra.yoo7.com/t3-fiche-de-personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scène 2 : Musique, Maelström !

Message  Faust le 2014-05-22, 2:16 pm

Jiwenski semble pensif devant ta question, mais est sauvé par l'appel de Kato. L'ex-flic répond silencieusement d'un signe positif de la tête à ta demande sous-entendue sur ses relevés de clients. Ton co-équipier répond alors :
- Ok, partner, j'arrive...Son ton indiquant à la fois qu'il se considère comme redevable et va donc exécuter tes ordres, mais aussi qu'il attend que tu lui en dise plus, sans trop d'espoir depuis le début de cette enquête.

"La main" te regarde un petit moment, comme s'il n'arrêtait pas de t'évaluer. Difficile de savoir ce qu'a dans la tête cet homme finalement plus fin que ce que tu l'imaginais. Il finit par répondre en te fixant d'un air sérieux :
- Déjà regardé. Mais les deux caméras du parking ont rien pris de particulier. Surtout qu'à moins d'être con, mais sinon se garer dans le parking ça serait vraiment pas malin...Et d'après ce que j'ai entendu aux infos et ailleurs, ce type est un malin.

Il soupire en sortant une petite tablette qu'il allume :
- Écoutes, "Tombeur". Je suis pas un saint, c'est sûr. Mais ce qu'a fait ce gars... Il te regarde avec le même air dur que Thomas tout à l'heure, avant d'enchaîner en se rapprochant de toi pour te montrer une vidéo : ...Bref, j'ai fais poser ça y a quelques temps, pour les petits malins qui croient toujours pouvoir repérer toutes les caméras. Trop d'vols ces dernières semaines. C'est une micro cam : discret, mais pas top niveau zoom. Mais bon, ça fait l'taff. Normalement, j'surveille pas l'extérieur, vu qu'on est pas responsables. Mais comme elle est tournante, j'ai réussi à choper ça sur cet angle, alors je t'ai fais un petit montage...

La vidéo montre un montage de l'angle de la caméra qui a réussi à prendre le bord du portail et l'extérieur. Un van est garé là. Le même van, tu en es presque sûr. Mais la résolution est encore plus mauvaise à cette distance que sur la caméra du parking. Impossible de voir autre chose qu'une casquette, une capuche, et ce qui semble être un appareil photo à zoom longue portée qui apparaît de temps en temps. Effectivement, aux heures que tu vois tressauter entre les coupures de la vidéo, tu peux constater qu'il surveille sûrement l'Hotel. Son heure d'arrivée et de départ te confirme qu'il s'agit bien du même véhicule que celui du parking...

Ton expérience de flic reconstitue la scène mentalement : le tueur est préparé. Méticuleux. Visiblement sûr de lui, et mû par une obsession sur Gina. Sa proie. Il la suit sûrement depuis un moment. Des jours ? Des semaines ? Il sait déjà qu'elle va se garer dans ce parking. Il sait aussi qu'elle couche avec un flic régulièrement, et par un moyen ou un autre, il sait qu'il peut frapper ce soir là. Il se gare et attend qu'elle parte. Puis il repart du parking pour aller surveiller de l'autre côté de la rue en espionnant. A priori, il n'en est pas à son coup d'essai. Et il sait qu'ils seront dans cette chambre. Il les espionne. Il est intelligent, car il arrive à déterminer à cette distance qu'elle va bientôt partir. Il retourne au parking, prépare son coup, minuté. Précis. Reflet parfait de ce qui a eut lieu dans ce hangar, te dis-tu avec un mélange de fascination et d’écœurement.

Tu sors de ta trance mentale pour constater que Jiwenski te regarde, avant d'ajouter avec un sourire malin en te tendant une carte mémoire :
- Maintenant, gamin, j'espère que t'as une bonne mémoire, parce que tu m'en devras une...Et fais moi le plaisir de coincer ce salopard. Puis il soulève un sourcil quasi inexistant : Ah, au fait...Si on accordait nos violons sur la version que tu veux que je donne à ceux qui viendraient te renifler l'cul ? Parce que j'suis curieux de savoir c'que j'suis censé avoir vu hier soir à part un flic de la criminelle avec une fille de juge morte..., finit-il avec un air presque moqueur.

Une fois cette mise au point faite, vous descendez et tu débriefes rapidement Kato, qui suit ensuite Jiwenski vers son bureau où sont les registres.

Rapidement tu remontes dans ta caisse, et prends le chemin du "Labo" des Geeks du MSD. Après 6 formulaires et 5 explications différentes à des abrutis étrangement corticalisés mais visiblement stupides, tu finis par remettre les bandes de Joe l'Indien (et si tu veux aussi celle de Jiwenski). Passage ensuite au Labo d'analyse scientifique pour le cheveu trouvé dans la chambre. Beaucoup plus pro, et nettement plus simple et rapide.

Tu remontes alors jusqu'au 35. Le monde a l'air d'être en guerre tellement Shripnik semble vouloir occuper ses troupes, probablement pour se défouler de cette histoire. Mais tu vois alors apparaître un gars auquel tu pouvais t'attendre, mais que tu n'avais pas prévu dans ton planning : Frank Grinforth, "Capitaine" du CMOC (Community an Media Oriented Communication). Tu le connais un peu, vu que vous avez eut l'occasion de travailler ensemble. Un mec relativement sympa, très superficiel et branché image, mais qui a à coeur l'image du LAPD. Sauf qu'au lieu de son sourire plastique habituel, tu as droit à une expression un peu coincée. Il s'approche de toi :
- Détective, ça tombe bien, c'est vous que je cherchais. Il faut que nous ayons un rapide briefing pour établir votre plan d'action médiatique sur vos interventions...Quelques petites mises au point, vous connaissez la musique. Parce que de petites facéties avec Madame Motoya -sans même me prévenir ou vous préparer- risque de coûter cher au service, Dane. Une mauvaise presse de cette petite fouineuse qui nous accuserait d'être partial ou ethniquement orienté pourrait ruiner tous nos efforts vis à vis de cette communauté sensible, et nous les mettre à dos. Et c'est inacceptable., finit-il d'un ton un peu pompeux qui te fait comprendre qu'il n'a pas apprécié du tout -et ce n'est pas une première- que tu le squeezes pour prendre la vedette en solo sans rien lui demander.
avatar
Faust
Mj
Mj

Nombre de messages : 131
Date d'inscription : 25/12/2006

Feuille de personnage
Pseudonyme: Kato
Adrénaline:
1/1  (1/1)
Points de vie:
29/29  (29/29)

Voir le profil de l'utilisateur http://nexus.yoo7.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scène 2 : Musique, Maelström !

Message  Masika le 2014-05-23, 1:25 pm

Je regarde avec attention la vidéo que me fournit « la Main », m’écorchant les pupilles pour essayer de distinguer un détail qui pourrait être important. A l’oeil nu, malheureusement, la vidéo ne fait que confirmer ma théorie selon laquelle le tueur traquait Gina de longue date, sans m'apporter de nouvel indice. Son obsession venait-il de l’enfant ? Il va me falloir creuser la vie privée de Gina. Je serre la bonne main de Jiwenski accompagné d'un :
 
- Merci pour tout. Je sais que beaucoup pense que je suis un petit con arriviste, ce qui est vrai, dis-je avec un sourire en coin, mais je sais respecter un coup de main..nouveau sourire devant cette boutade involontaire.Surtout de la part d’un ancien.
 
Soucieux de ne pas vouloir trop en faire, j'ajoute en préparant mes affaires pour le départ :
 
- Un flic de la criminelle ? Je crois pas avoir vu ou entendu quoi que ce soit à ce sujet. De ce que j’ai compris, vous avez vu la fille du juge venir ici le soir de son enlèvement. Elle avait l’air fatiguée, non ? Peut-être qu’elle avait besoin de se reposer et qu’une chambre de motel est le meilleur endroit pour une petite sieste. Ca arrive souvent, non ?
 
Après mon passage à la brigade des geeks pour déposer les deux vidéos en ma possession puis au labo, je m’arrête un bref instant dans un couloir pour m’en griller une. Avec surprise et un certain soulagement, je constate que ma migraine matinale a enfin décider d’aller en emmerder un autre. Sans transition, mon esprit dérive vers Gina et son meurtrier. Si ce dernier était à ses basques, c’est qu’il l’avait choisie depuis longtemps. Il me faut donc comprendre la raison de ce choix. Pour l’instant, je n’y vois que deux raisons : le type latino de Gina ou sa maternité. Quelque chose me laisse penser que c’est plus vers ce dernier point qu’il faut s’orienter, mais comment le tueur aurait pu avoir cette information, alors que le test de grossesse dans la chambre du motel semble indiquer que Gina, même si elle devait s’en douter, venait à peine elle-même d’en avoir la confirmation… Il me faut travailler la victimologie.
 
Fin de clope. L’heure de retourner dans la fosse au lion.
 
Ascenseur, direction le 35.  Meet Franck Grinforth, the CMOC C’ptain !
 
Avant même qu’il n’ouvre ses parfaites petites lèvres vraisemblablement siliconées, je sais que mon numéro devant la presse a dût le vexer. Bingo.
 
- Capitaine Grinforth, je suis désolé de ne pas avoir eu le temps de passer vous voir, dis-je avec une affliction parfaitement feinte. Je suis sûr que si vous en touchez deux mots au Capitaine Skripnik, il sera ravi de prioriser cette rencontre dans les objectifs qu’il m’a fixé ce matin même.
 
Je lui offre mon meilleur visage angélique.
 
- Mais rassurez-vous, je contacterai tout de même Madame Montoya pour lui présenter mes excuses, avant même que vous n’ayez votre discussion avec mon supérieur. Maintenant, si vous voulez bien m’excuser, j’ai un rapport à faire.
 
Je le plante là, le laissant vraisemblablement hésiter entre le fait de penser que je me fous de sa gueule ou que je suis juste un bon élève un peu débordé par la tâche qu’on m’a confié.
 
Je toque à la porte de Skripnik, prêt à subir l’interrogatoire.
avatar
Masika
Joueur
Joueur

Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 02/09/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://umbra.yoo7.com/t3-fiche-de-personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scène 2 : Musique, Maelström !

Message  Faust le 2014-05-23, 2:21 pm

Grinforth reste effectivement planté là, comme un épouvantail, surpris par ta réaction et ta faculté à esquiver ce genre de patates chaudes.

Lorsque tu tapes à la porte, la voix caverneuse de Shripnick résonne derrière :
- C'est pas le bureau du Maire ici, alors rentrez !, dit-il sur un ton où tu sens qu'il n'est pas d'humeur.

Lorsqu'il te voit apparaître, ça ne s'arrange visiblement pas :
- Ah, Dane, tu tombes bien, justement j'avais l'intention de casser quelque chose dans cette pièce. Fermes cette foutue porte et assieds-toi, gamin.

Une fois que tu t'es exécuté, il ne te laisse même pas le temps d'en placer une, et son regard a l'air relativement excédé derrière ses traits impassibles :
- Bon, c'est quoi tout ce foutu bordel ? J'apprends par un Ange que tu fais une recherche sur le véhicule de la victime et un autre véhicule à côté de l'Hotel super 8...J'espère pour toi que le complément de recherche que j'ai demandé concerne bien cette foutue enquête, sinon ta mise à pied va pas tarder, petit...Alors au rapport, et maintenant., finit-il sur un ton grave, tout en attendant ta réponse.
avatar
Faust
Mj
Mj

Nombre de messages : 131
Date d'inscription : 25/12/2006

Feuille de personnage
Pseudonyme: Kato
Adrénaline:
1/1  (1/1)
Points de vie:
29/29  (29/29)

Voir le profil de l'utilisateur http://nexus.yoo7.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scène 2 : Musique, Maelström !

Message  Masika le 2014-05-23, 3:43 pm

Je pénètre dans le bureau de Shripnik avec un léger soupir face au ton du capitaine qui en dit long sur l’atmosphère de détente qui s’annonce dans son bureau. Pas déçu du voyage. L’impression qu’un croco vient de s’arrimer à ma gorge.
 
* Si tu veux péter quelque chose dans ce bureau, commences par cette foutue horloge* me dis-je en visionnant à nouveau l’horrible pendule trônant pompeusement dans la pièce.
 
Tic-Tac
 
Je m’assois selon l’injonction que le capitaine vient de m’adresser, patientant calmement le temps qu’une éclaircie se fasse dans l’orage que mon interlocuteur me déverse sur le coin de la figure. Je note au passage que les Anges ont reçu l’ordre de surveiller chacun de mes mouvements. De quoi devenir franchement parano. Il prend sa respiration, c’est le moment… Cliniquement, je prends la parole :
 
- J’ai retracé l’emploi du temps de Me Gina April-Ruiz. Elle était au motel Super 8 le soir de son enlèvement. Elle s’est garée sur le parking de la supérette « Chez Suzy ». J’ai récupéré une vidéo de son enlèvement lorsqu’elle est retournée à son véhicule. C’est là qu’un agresseur non identifié l’a piégé en lui montrant quelque chose sur le siège passager de son van noir. Il est ensuite parti avec  le véhicule de Me April-Ruiz avant de revenir chercher son propre véhicule 20 minutes plus tard. Ce qui me laisse penser que l’un des deux véhicules se situe dans les proches environs du motel du lieu de l’enlèvement. A moins bien sûr que le ravisseur ait un complice. 
 
Tic-Tac
 
L’idée que le ravisseur ne soit pas forcément le meurtrier mais peut-être un simple complice me frappe subitement, mais je poursuis néanmoins mon rapport.
 
-La vidéo que j’ai découverte établit une chronologie précise, mais la qualité en est médiocre et je l’ai déposé aux services techniques avant de venir me présenter ici pour voir si une amélioration de la qualité d’image est possible. 
 
Pause.
 
-Capitaine, j’ai bien conscience que je n’étais pas votre choix pour cette enquête. Je sais que vous me voyez comme un parvenu de politicien et pas un vrai COPS. Mais ce n’est pas en me collant le sergent Hawkins pour surveiller le moindre de mes gestes que vous allez me faciliter la tâche. Bon gré, mal gré, nous sommes sur le même bateau dans cette histoire. Vous allez devoir me faire confiance autant que moi j’ai confiance dans le fait que nous avons tous les deux intérêt à ce que je résolve cette enquête… 
 
*Tapis…* songe-je à part moi.
 
J'ai besoin de vérifier dans quel camp joue Shripnik avant d'en lâcher plus.
 
Tic-Tac
avatar
Masika
Joueur
Joueur

Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 02/09/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://umbra.yoo7.com/t3-fiche-de-personnage

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scène 2 : Musique, Maelström !

Message  Faust le 2014-05-25, 6:32 pm

Devant ton tapis, le Capitaine lève un sourcil une seconde. Tu comprends instantanément qu'il n'est pas au courant, ce qu'il confirme par un excès d'agacement qu'il lâche bien involontairement :
- C'est quoi cette histoire encore ?

Tic-Tac.

Il semble réfléchir une seconde de plus, les index devant sa bouche et les mains jointes devant lui. Puis il remet ses mains sur le bureau, et ses traits prennent un air plus dur tandis qu'il lâche entre ses dents :
- Sale petit enfoiré.... Quelques secondes avant que tu ne t'aperçoive que ce n'est pas à toi qu'il parle. Tu peux contempler ton reflet dans ses lunettes pendant qu'il reprend avec des accents retrouvés de ton supérieur :
- Le Lieutenant Hawkins ne vous filait pas sur mes ordres. Il n'est pas en service aujourd'hui, je lui ai demandé de prendre sa journée...Et je vais m'occuper de son cas. Personnellement.
Il continue son explication sur un ton calme et froid, tout en te fixant :
- Comme vous avez dû l'apprendre maintenant, votre affaire à certaines...Similitudes -réelles ou pas- avec l'affaire Parker. Le Lieutenant était le Coéquipier du Détective Parker à l'époque. Il voulait que je lui confie l'affaire. Je lui ai dit que non. Il s'est ennervé. Fin de l'histoire. Je pense qu'il cherche à savoir si vous faites bien votre job, ou il cherche à vous faire plonger pour reprendre l'affaire.
Son expression est neutre. Comme s'il se foutait complètement de ce qui pouvait t'arriver. Mais à nouveau, il reprend la parole pour finir son monologue :
- Oui. Je fais surveiller vos demandes et vos activités. Non, je n'vous aime pas, Dane. Et contrairement à c'que vous pensez, ce n'sont pas vos origines sociales le problème. C'est votre attitude de coq arriviste qui vous pousse à mettre vos collègues en danger et à vouloir prendre toute la couverture qui me gêne. Et vos manipulations actuelles pour avoir cette affaire ne jouent pas vraiment en votre faveur.

Tic-tac.

Tu sens son regard te transpercer à travers les lunettes fumées :
- Mais ne vous méprenez pas, Dane. J'ai un service à faire tourner, et des enquêtes à résoudre, dont principalement la votre. Donc je n'vais pas faire passer mes états d'âmes avant ça. Ce qui est la raison de ma "surveillance" du service des Anges et de tous les autres services sur votre enquête. Je ne VOUS surveille pas. Je surveille que l'enquête avance. Et vite. Alors oui, on joue dans le même camps, même si vous n'êtes pas mon premier choix de joueur, parce que je tiens à ce que ce soit les bons qui gagnent à la fin. Est-ce qu'on se comprend, petit con arrogant, arriviste et nombriliste, ou est-ce que vous voulez vraiment continuer de jouer à ça avec moi ?

Tic....La suite reste suspendue en l'air, comme si la pièce entière attendait ta réponse.
avatar
Faust
Mj
Mj

Nombre de messages : 131
Date d'inscription : 25/12/2006

Feuille de personnage
Pseudonyme: Kato
Adrénaline:
1/1  (1/1)
Points de vie:
29/29  (29/29)

Voir le profil de l'utilisateur http://nexus.yoo7.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scène 2 : Musique, Maelström !

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum